kriisiis_snapchat

Snapchat lance des filtres géolocalisés et entrouvre la porte aux annonceurs

Snapchat vient d’annoncer l’arrivée d’une nouvelle fonctionnalité qui permettra aux utilisateurs de l’application d’utiliser différents filtres en fonction de leur géolocalisation. Pour lancer cette fonctionnalité, il suffit d’activer les filtres géolocalisés juste après avoir pris une photo. Une fois que l’on a débloqué les filtres, l’application propose un sticker thématique (sous forme de texte ou de badge) adapté à l’emplacement des utilisateurs.

Bien que Snapchat veuille rassurer ses utilisateurs quant au respect de leur vie privée, la géolocalisation pourrait être un moyen de développer des services payants pour les annonceurs afin de monétiser l’application. Dans la vidéo de présentation de ce nouveau service, Snapchat montre par exemple des stickers ou des filtres personnalisés pour une enseigne de café à emporter ou pour le parc d’attractions Disneyland.

Cela fait maintenant plusieurs mois que l’on s’interroge concernant la monétisation de Snapchat. Cependant, le réseau n’a pas encore dévoilé sa stratégie commerciale. Après avoir refusé la proposition de rachat de Facebook, Snapchat n’a cessé de proposer de nouvelles fonctionnalités : des posts publics avec Stories, mais aussi du chat vidéo ou encore un service de messagerie instantanée. Avec l’arrivée des filtres, Snapchat pourrait se tourner vers un modèle économique similaire à celui de Vine, qui vend des stickers pour personnaliser ses messages.

Interrogé sur les intentions de Snapchat au sujet de l’utilisation des données de ses utilisateurs, un porte-parole du réseau a expliqué : « les utilisateurs doivent communiquer leur emplacement pour pouvoir débloquer les filtres géolocalisés. Par contre, nous ne vendrons pas cette information ». Ces filtres, entièrement gratuits pour l’instant, sont d’ores et déjà disponibles à Los Angeles et New York.

Snapchat a désormais plus de 75 millions d’utilisateurs actifs mensuels et a déjà signé des partenariats avec Disney, Samsung ou Gap pour lancer des contenus sponsorisés. Avec un taux de clic de 3% contre 0,01% en moyenne pour une bannière mobile, le réseau pourrait devenir le prochain allié incontournable des marques pour la publicité mobile après Google ou Facebook.

Source : The Verge