twitter-2
Twitter via Shutterstock

10 différences entre Facebook et Twitter pour partager avec sa communauté

Différence entre Twitter et Facebook pour communiquer

J’assistais la semaine dernière à une conférence sur « les usages des réseaux sociaux pour les professionnels » dans laquelle un Community Manager expliquait que pour se simplifier la vie, rien ne valait la liaison de son compte Facebook et de son compte Twitter : je n’en croyais pas mes oreilles. Comment peut-on considérer que ces deux communautés ont les mêmes attentes, la même perception des choses, sachant que l’on ne s’adresse pas à un panel d’utilisateurs semblable et sur un support catégoriquement différent ?

Dans la majeure partie des cas, les internautes ne vont pas sur Facebook pour les mêmes raisons que sur Twitter. Alors que le plus gros réseau social du monde offrira plutôt un aspect « distractif » à ses utilisateurs, le site de microblogging attirera des consommateurs plus axés sur la recherche d’informations en temps réel. Et ça change tout ! On retrouve souvent un internaute sur les deux réseaux, pourtant, les attentes sont différentes ; c’est pourquoi sa manière de partager de l’information doit l’être aussi.

Je me permets donc de vous proposer 10 différences entre Facebook et Twitter pour partager avec sa communauté, professionnellement mais également personnellement pour certains points ; j’espère que cela vous permettra d’y voir plus clair dans vos démarches. Bien entendu, il ne faut pas interpréter cela à l’extrême, malgré ces 10 points votre manière de partager devrait changer de manière minime, je souhaiterais seulement que vous preniez conscience de ces différences. N’hésitez pas à me retrouver sur Twitter sous le pseudo @Kriisiis ! Je me tiens à votre disposition en cas en question.


1. Des phrases courtes sur Facebook, plus longues sur Twitter

Ce premier point peut sembler contradictoire avec le principe-même de ces deux réseaux, et pourtant, les utilisateurs de Facebook « décrochent » plus facilement lorsqu’ils lisent de longues phrases, ce qui n’est pas le cas sur Twitter, malgré la limitation à 140 caractères. Essayez de faire attention à la longueur de vos phrases selon la communauté à laquelle vous vous adressez !


2. Un vocabulaire généraliste sur Facebook, plus riche sur Twitter

L’aspect « distractif » de Facebook fait que ses utilisateurs ne s’y rendent pas pour réfléchir, ce qui globalement n’est pas tellement une contrainte pour la plupart des utilisateurs de Twitter. Essayez alors d’adapter votre vocabulaire selon vos partages afin de répondre aux attentes des internautes de chacune de vos deux communautés, sans non plus, bien entendu, aller dans les excès.


3. Un climat de détente sur Facebook, plus sérieux sur Twitter

Twitter reste encore majoritairement utilisé par des professionnels, c’est pourquoi partager des données liées à une activité professionnelle n’est pas spécialement dérangeant ; les utilisateurs de Facebook quand à eux souhaitent plutôt « faire une pause » et bannir ce genre de sujets. Si vous avez une donnée professionnelle à partager, sachez envisager de ne la partager que sur Twitter !


4. Partager en interne sur Facebook, vers l’extérieur sur Twitter

Facebook vous offre la possibilité de créer des pages d’information spécifiques, sondages, albums photo, albums vidéo, et autres applications pouvant être utilisées comme outils de communication, alors profitez-en au maximum. Sur Twitter, puisque les tweets sont la seule fonction utilisable et limitée à 140 caractères, essayez à l’inverse de faire des partages pointant vers des plateformes annexes.


5. Dialoguer en public sur Facebook, souvent en privé sur Twitter

Engager des discussions avec les internautes sur Facebook vous crédibilisera puisque cela renforcera votre humanisme. Pour ne pas noyer vos messages importants sur votre timeline Twitter, essayez de vous restreindre à quelques réponses publiques de temps à autre, puis passez par les messages privés pour les réponses ou indications suivantes lorsque vous en avez la possibilité.


6. Miser sur la fidélisation sur Facebook, sur le partage sur Twitter

Sachez tirer profit de l’avantage que propose chacun de ces deux réseaux sociaux. Alors que Facebook vous permettra plutôt de fidéliser les consommateurs, Twitter offre plutôt la possibilité d’établir une campagne « virale », basée sur les retweets. A ce sujet, préparer un concours basé sur cette fonctionnalité propre à Twitter peut s’avérer exceptionnellement efficace.


7. Ses données sur Facebook, également celles des autres sur Twitter

Les internautes sur Facebook attendront de votre présence que vous partagiez des éléments qui vous concernent directement, alors que les internautes sur Twitter attendront que vous partagiez des données pouvant les intéresser. Essayez alors de publier des tweets qui ne vous concernent pas uniquement sur Twitter, en faisant par exemple des retweets régulièrement.


8. Conserver sa communauté sur Facebook, plus que sur Twitter

Mêmes si les raisons de supprimer un membre de sa communauté paraissent bien difficiles à trouver, sachez que la suppression d’un ami Facebook paraitra beaucoup plus agressive qu’un « unfollow » sur Twitter, réseau sur lequel le processus est beaucoup plus commun. Sachez alors expliquer préalablement (et valablement !) le motif de votre action via un message privé sur Facebook.


9. De la publicité sur Facebook, certainement pas sur Twitter

Facebook vous permet d’assurer une promotion via ses encarts publicitaires, moyennant finance ; il s’agit d’ailleurs de la seule manière correcte d’assurer un partage à caractère commercial sur ce réseau (et j’insiste). N’essayez surtout pas de « vendre » via Twitter, mais plutôt de proposer des bons plans (réductions, etc.) et autres conseils aux membres de votre communauté.


10. Poster régulièrement sur Facebook, encore plus sur Twitter

En moyenne, un tweet reste beaucoup moins longtemps devant les yeux d’un internaute qu’une donnée partagée sur Facebook, ce qui vous permet de publier deux ou trois tweets pour un seul message Facebook sans paraître intrusif. N’hésitez alors pas à investir plus de temps sur vos partages sur Twitter, sans pour autant apparaître trop présent avec un trop grand nombre de tweets.

Si vous avez la moindre question, ou la moindre amélioration à apporter au contenu de cet article, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires de cet article. En attendant, je vous propose de me retrouver sur Facebook, en m’ajoutant à vos contacts (Christophe Ramel) ou en devenant fan de Kriisiis.fr. Vous pouvez également me retrouver sur Twitter (@Kriisiis) !

  • Bon article !

  • Bon article !

  • Plombier polonais

    Mollo sur la semoule… Je cite : « Des phrases courtes sur Facebook, plus longues sur Twitter » Tu concours pour le bêtisier des réseaux ? ;-)

    Et attention à ne pas toujours reproduire la même erreur écrite ici et là. FB, c’est surtout pour le grand public, car très simple d’utilisation. Twitter, c’est du chinois quand on ne bosse pas dans les IT. Un peu de recul mister ;-)

  • Plombier polonais

    Mollo sur la semoule… Je cite : « Des phrases courtes sur Facebook, plus longues sur Twitter » Tu concours pour le bêtisier des réseaux ? ;-)

    Et attention à ne pas toujours reproduire la même erreur écrite ici et là. FB, c’est surtout pour le grand public, car très simple d’utilisation. Twitter, c’est du chinois quand on ne bosse pas dans les IT. Un peu de recul mister ;-)

  • Anonyme

    Bonsoir,

    Pour ce qui est des « phrases courtes sur Facebook, plus longues sur Twitter », rien de plus cohérent. Facebook concentre une sacrée partie de la population, hommes et femmes, de tout âge, de toute CSP. Il n’est pas dérangeant de lire une phrase courte pour un CSP+, mais déjà beaucoup plus de lire une phrase longue pour un CSP-. A partir de là, et en prenant en compte le fait que Twitter concentre beaucoup plus de CSP+, il parait logique de faire des phrases relativement courtes sur Facebook et de pouvoir se permettre des phrases plus longues sur Twitter. Je n’aime pas du tout « catégoriser » les gens, mais puisque tu insistes…

    Je tire toutes ces informations de mon expérience personnelle seulement. Lorsque je récupère des informations sur un autre site internet (ou ne serait-ce que « ici et là »), je cite toujours la source. Si on se base sur la structure des deux réseaux, il est probablement 10 fois plus facile d’utiliser Twitter que Facebook. Culturellement, l’outil de microblogging est certainement moins connu, et donc moins utilisé, ce qui ne veut en aucun cas dire qu’il est incompréhensible et inexploitable par n’importe qui. Il suffit simplement d’y passer quelques heures pour s’en apercevoir.

    Je regrette un peu ton commentaire. J’espère seulement qu’il te permettra de comprendre le fond de ma pensée.

    « Mister ».

  • Anonyme

    Bonsoir,

    Pour ce qui est des « phrases courtes sur Facebook, plus longues sur Twitter », rien de plus cohérent. Facebook concentre une sacrée partie de la population, hommes et femmes, de tout âge, de toute CSP. Il n’est pas dérangeant de lire une phrase courte pour un CSP+, mais déjà beaucoup plus de lire une phrase longue pour un CSP-. A partir de là, et en prenant en compte le fait que Twitter concentre beaucoup plus de CSP+, il parait logique de faire des phrases relativement courtes sur Facebook et de pouvoir se permettre des phrases plus longues sur Twitter. Je n’aime pas du tout « catégoriser » les gens, mais puisque tu insistes…

    Je tire toutes ces informations de mon expérience personnelle seulement. Lorsque je récupère des informations sur un autre site internet (ou ne serait-ce que « ici et là »), je cite toujours la source. Si on se base sur la structure des deux réseaux, il est probablement 10 fois plus facile d’utiliser Twitter que Facebook. Culturellement, l’outil de microblogging est certainement moins connu, et donc moins utilisé, ce qui ne veut en aucun cas dire qu’il est incompréhensible et inexploitable par n’importe qui. Il suffit simplement d’y passer quelques heures pour s’en apercevoir.

    Je regrette un peu ton commentaire. J’espère seulement qu’il te permettra de comprendre le fond de ma pensée.

    « Mister ».

  • Bon article !

  • Bon article !

  • Plombier polonais

    Mollo sur la semoule… Je cite : « Des phrases courtes sur Facebook, plus longues sur Twitter » Tu concours pour le bêtisier des réseaux ? ;-)

    Et attention à ne pas toujours reproduire la même erreur écrite ici et là. FB, c'est surtout pour le grand public, car très simple d'utilisation. Twitter, c'est du chinois quand on ne bosse pas dans les IT. Un peu de recul mister ;-)

  • Plombier polonais

    Mollo sur la semoule… Je cite : « Des phrases courtes sur Facebook, plus longues sur Twitter » Tu concours pour le bêtisier des réseaux ? ;-)

    Et attention à ne pas toujours reproduire la même erreur écrite ici et là. FB, c'est surtout pour le grand public, car très simple d'utilisation. Twitter, c'est du chinois quand on ne bosse pas dans les IT. Un peu de recul mister ;-)

  • Kriisiis

    Bonsoir,

    Pour ce qui est des « phrases courtes sur Facebook, plus longues sur Twitter », rien de plus cohérent. Facebook concentre une sacrée partie de la population, hommes et femmes, de tout âge, de toute CSP. Il n'est pas dérangeant de lire une phrase courte pour un CSP+, mais déjà beaucoup plus de lire une phrase longue pour un CSP-. A partir de là, et en prenant en compte le fait que Twitter concentre beaucoup plus de CSP+, il parait logique de faire des phrases relativement courtes sur Facebook et de pouvoir se permettre des phrases plus longues sur Twitter. Je n'aime pas du tout « catégoriser » les gens, mais puisque tu insistes…

    Je tire toutes ces informations de mon expérience personnelle seulement. Lorsque je récupère des informations sur un autre site internet (ou ne serait-ce que « ici et là »), je cite toujours la source. Si on se base sur la structure des deux réseaux, il est probablement 10 fois plus facile d'utiliser Twitter que Facebook. Culturellement, l'outil de microblogging est certainement moins connu, et donc moins utilisé, ce qui ne veut en aucun cas dire qu'il est incompréhensible et inexploitable par n'importe qui. Il suffit simplement d'y passer quelques heures pour s'en apercevoir.

    Je regrette un peu ton commentaire. J'espère seulement qu'il te permettra de comprendre le fond de ma pensée.

    « Mister ».

  • Kriisiis

    Bonsoir,

    Pour ce qui est des « phrases courtes sur Facebook, plus longues sur Twitter », rien de plus cohérent. Facebook concentre une sacrée partie de la population, hommes et femmes, de tout âge, de toute CSP. Il n'est pas dérangeant de lire une phrase courte pour un CSP+, mais déjà beaucoup plus de lire une phrase longue pour un CSP-. A partir de là, et en prenant en compte le fait que Twitter concentre beaucoup plus de CSP+, il parait logique de faire des phrases relativement courtes sur Facebook et de pouvoir se permettre des phrases plus longues sur Twitter. Je n'aime pas du tout « catégoriser » les gens, mais puisque tu insistes…

    Je tire toutes ces informations de mon expérience personnelle seulement. Lorsque je récupère des informations sur un autre site internet (ou ne serait-ce que « ici et là »), je cite toujours la source. Si on se base sur la structure des deux réseaux, il est probablement 10 fois plus facile d'utiliser Twitter que Facebook. Culturellement, l'outil de microblogging est certainement moins connu, et donc moins utilisé, ce qui ne veut en aucun cas dire qu'il est incompréhensible et inexploitable par n'importe qui. Il suffit simplement d'y passer quelques heures pour s'en apercevoir.

    Je regrette un peu ton commentaire. J'espère seulement qu'il te permettra de comprendre le fond de ma pensée.

    « Mister ».

  • Anonyme

    Je suis complètement d’accord avec le contenu de cet article.
    Exemple d’un contenu Twitter complètement inadapté à Facebook (selon moi…) :

    « Un CM lie les comptes #FB et #Twitter ?! #Fail (via @kriisiis) http://bit.ly/c9QW3c »

    Bonne semaine ! :)

    Amélia

  • Anonyme

    Je suis complètement d’accord avec le contenu de cet article.
    Exemple d’un contenu Twitter complètement inadapté à Facebook (selon moi…) :

    « Un CM lie les comptes #FB et #Twitter ?! #Fail (via @kriisiis) http://bit.ly/c9QW3c »

    Bonne semaine ! :)

    Amélia

  • Facebook & Twitter sont évidemment différent et tu expliques ici clairement comment communiquer de manière différente et pourquoi, sur ces 2 plateformes. Merci pour l’article, c’est exactement ce que je cherchais !

  • Facebook & Twitter sont évidemment différent et tu expliques ici clairement comment communiquer de manière différente et pourquoi, sur ces 2 plateformes. Merci pour l’article, c’est exactement ce que je cherchais !

  • ameliaM

    Je suis complètement d'accord avec le contenu de cet article.
    Exemple d'un contenu Twitter complètement inadapté à Facebook (selon moi…) :

    « Un CM lie les comptes #FB et #Twitter ?! #Fail (via @kriisiis) http://bit.ly/c9QW3c« 

    Bonne semaine ! :)

    Amélia

  • ameliaM

    Je suis complètement d'accord avec le contenu de cet article.
    Exemple d'un contenu Twitter complètement inadapté à Facebook (selon moi…) :

    « Un CM lie les comptes #FB et #Twitter ?! #Fail (via @kriisiis) http://bit.ly/c9QW3c« 

    Bonne semaine ! :)

    Amélia

  • Facebook & Twitter sont évidemment différent et tu expliques ici clairement comment communiquer de manière différente et pourquoi, sur ces 2 plateformes. Merci pour l'article, c'est exactement ce que je cherchais !

  • Facebook & Twitter sont évidemment différent et tu expliques ici clairement comment communiquer de manière différente et pourquoi, sur ces 2 plateformes. Merci pour l'article, c'est exactement ce que je cherchais !

  • Parfaitement d’accord. Bonne synthèse. Tu a du frémir sur ta chaise lorsque tu as entendu cette personne dire ça. J’ai quelques amis sur facebook qui lie leurs compte twitter, et ne serait-ce qu’en terme de langage « RT » « FF » « # » ce n’est pas compréhensible pour ceux qui ne s’interessent pas à Twitter. Donc ça ne sert à rien.

  • Parfaitement d’accord. Bonne synthèse. Tu a du frémir sur ta chaise lorsque tu as entendu cette personne dire ça. J’ai quelques amis sur facebook qui lie leurs compte twitter, et ne serait-ce qu’en terme de langage « RT » « FF » « # » ce n’est pas compréhensible pour ceux qui ne s’interessent pas à Twitter. Donc ça ne sert à rien.

  • Parfaitement d'accord. Bonne synthèse. Tu a du frémir sur ta chaise lorsque tu as entendu cette personne dire ça. J'ai quelques amis sur facebook qui lie leurs compte twitter, et ne serait-ce qu'en terme de langage « RT » « FF » « # » ce n'est pas compréhensible pour ceux qui ne s'interessent pas à Twitter. Donc ça ne sert à rien.

  • Parfaitement d'accord. Bonne synthèse. Tu a du frémir sur ta chaise lorsque tu as entendu cette personne dire ça. J'ai quelques amis sur facebook qui lie leurs compte twitter, et ne serait-ce qu'en terme de langage « RT » « FF » « # » ce n'est pas compréhensible pour ceux qui ne s'interessent pas à Twitter. Donc ça ne sert à rien.

  • Talban Anouck

    J’aurais une question (8mois après?!) …

    Peut-on dire donc que Facebook est plus adapté aux entreprises qui vendent du « tous publics » et Twitter aux entreprises plus « branchée » (dans les deux sens du terme : celles qui se doivent de surfer sur la mode, qui est incontestablement à Twitter en ce moment, et celles qui travaillent sur le net) ?

    En tous cas, selon moi, cela paraît évident. A part cette boulangerie anglaise, qui prévenait, via Twitter, le moment où son pain était chaud, je cherche encore les exemples d’entreprises qui n’entrent pas dans ces deux catégories.

    Je serais curieuse de connaître ton avis. Facebook et Twitter seraient-ils des outils communicationels pertinents seulement dans une certaine mesure, complètement inadaptables à certaines sociétés?

    Merci pour cet article et tes explications toujours accessibles !
    A bientôt, Anouck.

  • Talban Anouck

    J’aurais une question (8mois après?!) …

    Peut-on dire donc que Facebook est plus adapté aux entreprises qui vendent du « tous publics » et Twitter aux entreprises plus « branchée » (dans les deux sens du terme : celles qui se doivent de surfer sur la mode, qui est incontestablement à Twitter en ce moment, et celles qui travaillent sur le net) ?

    En tous cas, selon moi, cela paraît évident. A part cette boulangerie anglaise, qui prévenait, via Twitter, le moment où son pain était chaud, je cherche encore les exemples d’entreprises qui n’entrent pas dans ces deux catégories.

    Je serais curieuse de connaître ton avis. Facebook et Twitter seraient-ils des outils communicationels pertinents seulement dans une certaine mesure, complètement inadaptables à certaines sociétés?

    Merci pour cet article et tes explications toujours accessibles !
    A bientôt, Anouck.

  • Talban Anouck

    J'aurais une question (8mois après?!) …

    Peut-on dire donc que Facebook est plus adapté aux entreprises qui vendent du « tous publics » et Twitter aux entreprises plus « branchée » (dans les deux sens du terme : celles qui se doivent de surfer sur la mode, qui est incontestablement à Twitter en ce moment, et celles qui travaillent sur le net) ?

    En tous cas, selon moi, cela paraît évident. A part cette boulangerie anglaise, qui prévenait, via Twitter, le moment où son pain était chaud, je cherche encore les exemples d'entreprises qui n'entrent pas dans ces deux catégories.

    Je serais curieuse de connaître ton avis. Facebook et Twitter seraient-ils des outils communicationels pertinents seulement dans une certaine mesure, complètement inadaptables à certaines sociétés?

    Merci pour cet article et tes explications toujours accessibles !
    A bientôt, Anouck.

  • Talban Anouck

    J'aurais une question (8mois après?!) …

    Peut-on dire donc que Facebook est plus adapté aux entreprises qui vendent du « tous publics » et Twitter aux entreprises plus « branchée » (dans les deux sens du terme : celles qui se doivent de surfer sur la mode, qui est incontestablement à Twitter en ce moment, et celles qui travaillent sur le net) ?

    En tous cas, selon moi, cela paraît évident. A part cette boulangerie anglaise, qui prévenait, via Twitter, le moment où son pain était chaud, je cherche encore les exemples d'entreprises qui n'entrent pas dans ces deux catégories.

    Je serais curieuse de connaître ton avis. Facebook et Twitter seraient-ils des outils communicationels pertinents seulement dans une certaine mesure, complètement inadaptables à certaines sociétés?

    Merci pour cet article et tes explications toujours accessibles !
    A bientôt, Anouck.

  • Brahimabbes

    Bonjour

    Je vous félicite pour cette discription pointue sur les différences entre Facebook et Twitter.

    Merci

    brahimabbes@yahoo.fr

  • Brahimabbes

    Bonjour

    Je vous félicite pour cette discription pointue sur les différences entre Facebook et Twitter.

    Merci

    brahimabbes@yahoo.fr

  • Brahimabbes

    Bonjour

    Je vous félicite pour cette discription pointue sur les différences entre Facebook et Twitter.

    Merci

    brahimabbes@yahoo.fr

    • LE CORRE GILBERT

      Bonjour, il y a plusieurs mois que je me posais la question des différences entre ces deux réseaux sociaux en n’ayant comme éclairage que des bribes de conversations. J’y vois bien plus clair même si je ne suis pas encore décidé. Je crains que mon manque d’expérience en manipulations techniques sur Facebook ne me conduisent à mettre des données que j’aurais voulu transmettre à une seule personne sur un espace public. Mais merci beaucoup pour tous ces renseignements.

  • nicole

    merci pour ces commentaires sur les differences entre TWITTER et FACEBOOK

  • nicole

    merci pour ces commentaires sur les differences entre TWITTER et FACEBOOK

  • nicole

    merci pour ces commentaires sur les differences entre TWITTER et FACEBOOK

  • Webmaster

    Article tres interessant, Kriisiis. Par contre pourquoi devoir payer pour promouvoir ses produits si on peut le faire sur son groupe facebook gratuitement? Et comment distinguer l’aspect commercial du non commercial? promouvoir un de ses articles sur facebook pour promouvoir son audience. est-ce commercial?

  • Webmaster

    Article tres interessant, Kriisiis. Par contre pourquoi devoir payer pour promouvoir ses produits si on peut le faire sur son groupe facebook gratuitement? Et comment distinguer l’aspect commercial du non commercial? promouvoir un de ses articles sur facebook pour promouvoir son audience. est-ce commercial?

  • Webmaster

    Article tres interessant, Kriisiis. Par contre pourquoi devoir payer pour promouvoir ses produits si on peut le faire sur son groupe facebook gratuitement? Et comment distinguer l’aspect commercial du non commercial? promouvoir un de ses articles sur facebook pour promouvoir son audience. est-ce commercial?

  • Bonjour,

    Sur cet article publié en 2010, nous pourrions désormais ajouter ces constats :
    (attention c’est un peu long, j’hésite à en faire un article ;-) )

    Twitter peut s’avérer aussi, voire plus, distrayant et ludique  que Facebook : connectez-vous sur votre compte twitter et faites une recherche sur les mots clés d’une émission de variété grand public tel que XFactor, et vous assisterez, passivement, au défilement massif de commentaires très souvent généralistes voire futiles….cela peut nous donner une idée de ce que pourrait être la télé connectée de demain : après la télé-réalité, l’internet-réalité.

    Avec Facebook, nous sommes  aussi dans une relation de partage durable (nous prenons plus de temps à consulter les publications sur nos murs, que sur la timeline de notre compte twitter), de plus dans ce partage, lorsqu’une personne a apprécié votre publication,  « i like » est là pour vous le faire savoir. Sur twiter, cela correspondra au re-tweet quasi instantané; la re-connaissance semble être moins élevé sur Twitter, ce qui est logique car nous y recherchons avant tout de l’information et de la distraction.

    Twitter semblerait avoir un ancrage plus fort IRL (in real life, comme disent les geeks qui « pokent » des amis, l n’y a que sur Facebook que cela existe, pas dans le « IRL ») : il suffit constater les flux de tweets qui se sont transmis lors des révolutions dans les pays arabes, lors de la capture de Ben Laden, et encore plus récemmment lors de l’affaire DSK.

    Le tweet de 140 caractères peut être dangereux si l’on extrait quelques citations de leur contexte, et 140 caractères ne peuvent suffire à instaurer une relation durable sauf si le tweet à un prolongement sur un site, pour cela je citerai le très bon article sur le site du journal La tribune de Genève :

    « Les réseaux sociaux provoquent l’étincelle mais leur aspect réducteur empêche le feu de la pensée de se communiquer pour parvenir à dépasser l’état d’indignation; sauf s’ils permettent, par le jeu des liens hypertextes, l’accès à des documents plus substantiels » (http://www.tdg.ch/grandeur-decadence-twitter-2011-06-08)

    Sur le sujet de  la publicité sur Twitter : à votre affirmation « certainement pas sur Twitter », je répondrais désormais « sûrement cette année 2011 » , année des tests publicitaires pour la société, et « surtout les années suivantes » avant la course aux revenus publicitaires entre le trio google, Facebook-Bing et Twitter.

    Twitter fera-t-il cavalier seul longtemps ? une alliance avec un moteur de rechercher serait dans la logique de l’évolution du web…il suffit de consulter l’onglet « temps réel » sur Google.

    Merci pour ce très bon article, et au plaisir  de partager avec vous
    Jean Philippe Wozniak
    Advisia-Conseil

  • Bonjour,

    Sur cet article publié en 2010, nous pourrions désormais ajouter ces constats :
    (attention c’est un peu long, j’hésite à en faire un article ;-) )

    Twitter peut s’avérer aussi, voire plus, distrayant et ludique  que Facebook : connectez-vous sur votre compte twitter et faites une recherche sur les mots clés d’une émission de variété grand public tel que XFactor, et vous assisterez, passivement, au défilement massif de commentaires très souvent généralistes voire futiles….cela peut nous donner une idée de ce que pourrait être la télé connectée de demain : après la télé-réalité, l’internet-réalité.

    Avec Facebook, nous sommes  aussi dans une relation de partage durable (nous prenons plus de temps à consulter les publications sur nos murs, que sur la timeline de notre compte twitter), de plus dans ce partage, lorsqu’une personne a apprécié votre publication,  « i like » est là pour vous le faire savoir. Sur twiter, cela correspondra au re-tweet quasi instantané; la re-connaissance semble être moins élevé sur Twitter, ce qui est logique car nous y recherchons avant tout de l’information et de la distraction.

    Twitter semblerait avoir un ancrage plus fort IRL (in real life, comme disent les geeks qui « pokent » des amis, l n’y a que sur Facebook que cela existe, pas dans le « IRL ») : il suffit constater les flux de tweets qui se sont transmis lors des révolutions dans les pays arabes, lors de la capture de Ben Laden, et encore plus récemmment lors de l’affaire DSK.

    Le tweet de 140 caractères peut être dangereux si l’on extrait quelques citations de leur contexte, et 140 caractères ne peuvent suffire à instaurer une relation durable sauf si le tweet à un prolongement sur un site, pour cela je citerai le très bon article sur le site du journal La tribune de Genève :

    « Les réseaux sociaux provoquent l’étincelle mais leur aspect réducteur empêche le feu de la pensée de se communiquer pour parvenir à dépasser l’état d’indignation; sauf s’ils permettent, par le jeu des liens hypertextes, l’accès à des documents plus substantiels » (http://www.tdg.ch/grandeur-decadence-twitter-2011-06-08)

    Sur le sujet de  la publicité sur Twitter : à votre affirmation « certainement pas sur Twitter », je répondrais désormais « sûrement cette année 2011 » , année des tests publicitaires pour la société, et « surtout les années suivantes » avant la course aux revenus publicitaires entre le trio google, Facebook-Bing et Twitter.

    Twitter fera-t-il cavalier seul longtemps ? une alliance avec un moteur de rechercher serait dans la logique de l’évolution du web…il suffit de consulter l’onglet « temps réel » sur Google.

    Merci pour ce très bon article, et au plaisir  de partager avec vous
    Jean Philippe Wozniak
    Advisia-Conseil

  • Bonjour,

    Sur cet article publié en 2010, nous pourrions désormais ajouter ces constats :
    (attention c’est un peu long, j’hésite à en faire un article ;-) )

    Twitter peut s’avérer aussi, voire plus, distrayant et ludique  que Facebook : connectez-vous sur votre compte twitter et faites une recherche sur les mots clés d’une émission de variété grand public tel que XFactor, et vous assisterez, passivement, au défilement massif de commentaires très souvent généralistes voire futiles….cela peut nous donner une idée de ce que pourrait être la télé connectée de demain : après la télé-réalité, l’internet-réalité.

    Avec Facebook, nous sommes  aussi dans une relation de partage durable (nous prenons plus de temps à consulter les publications sur nos murs, que sur la timeline de notre compte twitter), de plus dans ce partage, lorsqu’une personne a apprécié votre publication,  « i like » est là pour vous le faire savoir. Sur twiter, cela correspondra au re-tweet quasi instantané; la re-connaissance semble être moins élevé sur Twitter, ce qui est logique car nous y recherchons avant tout de l’information et de la distraction.

    Twitter semblerait avoir un ancrage plus fort IRL (in real life, comme disent les geeks qui « pokent » des amis, l n’y a que sur Facebook que cela existe, pas dans le « IRL ») : il suffit constater les flux de tweets qui se sont transmis lors des révolutions dans les pays arabes, lors de la capture de Ben Laden, et encore plus récemmment lors de l’affaire DSK.

    Le tweet de 140 caractères peut être dangereux si l’on extrait quelques citations de leur contexte, et 140 caractères ne peuvent suffire à instaurer une relation durable sauf si le tweet à un prolongement sur un site, pour cela je citerai le très bon article sur le site du journal La tribune de Genève :

    « Les réseaux sociaux provoquent l’étincelle mais leur aspect réducteur empêche le feu de la pensée de se communiquer pour parvenir à dépasser l’état d’indignation; sauf s’ils permettent, par le jeu des liens hypertextes, l’accès à des documents plus substantiels » (http://www.tdg.ch/grandeur-decadence-twitter-2011-06-08)

    Sur le sujet de  la publicité sur Twitter : à votre affirmation « certainement pas sur Twitter », je répondrais désormais « sûrement cette année 2011 » , année des tests publicitaires pour la société, et « surtout les années suivantes » avant la course aux revenus publicitaires entre le trio google, Facebook-Bing et Twitter.

    Twitter fera-t-il cavalier seul longtemps ? une alliance avec un moteur de rechercher serait dans la logique de l’évolution du web…il suffit de consulter l’onglet « temps réel » sur Google.

    Merci pour ce très bon article, et au plaisir  de partager avec vous
    Jean Philippe Wozniak
    Advisia-Conseil

  • Jean Huard

    Il faudrait rajouter des caractères pour faciliter la communication sur twitter